L'HISTOIRE DES HÔPITAUX DE

TARBES SOUS L'ANCIEN REGIME

Dr.Chaouky.

 

Histoire administrative

A la veille des guerres de religion , Tarbes comptait probablement quatre hôpitaux, deux hôpitaux secondaires (hôpital de la misèricorde dont on ignore l'emplacement, l'hôpital de las Vignettes), deux hôpitaux principaux (l'hospice saint Jacques et l'hospice saint Blaise). La mise à sac de la ville par les Huguenots a détruit toutes les archives antérieures à 1584.

En1617 à propos d'un leg du Sieur Dizac les hôpitaux saint Blaise et saint Jacques s'affrontèrent. L'affaire fut portée devant la justice. Jean de Pujo ,juge de la ville de Tarbes, rendit ce verdict qu'on appela le concordat de 1618 : les hôpitaux saint Blaise et saint Jacques seront réunis, le revenu administré par un seul trésorier, celui-ci élu par les trois collèges électoraux de la commission administrative : l'évêque ou son représentant, le député du chapitre, les consuls. Etaient ainsi jetées les bases de la laïcisation des hôpitaux de Tarbes. La composition de ce conseil d'administration ne devait plus être modifié avant la révolution. En 1662 une déclaration royale ordonne la création d'un hôpital général dans toutes les villes importantes," pour y loger, enfermer et nourrir les pauvres mendiants, invalides natifs des lieux ou qui y auront demeuré pendant un an comme aussi les enfants orphelins ou nés de parents mendiants."En1663 l'abbé de Cruchette à Tarbes léguait dans son testament de l'argent pour fonder un hôpital, le processus était déclenché et de nombreux legs vinrent soutenir le voeu pieux de l'abbé.

C'est à la séance du conseil d'administration du 18 décembre 1693 que fut décidée la fondation de l'hôpital de la clôture avec la mise en chantier sans délai. La délibération du 3 décembre 1694 mit en place les nouveaux statuts de l'hôpital toujours administré par les représentants des trois collèges évoqués précédemment et définit les rôles du personnel :

- le chapelain sera chargé de l'instruction des pauvres de la clôture

- le syndic réglera à l'amiable ou en justice les affaires temporelles de l'hôpital de la clôture

- le trésorier

- le secrétaire rédigera les procès-verbaux des commissions et consignera les dons et les legs.

- l'inspecteur exercera sur la conduite des employés un controle vigilant, il présidera à l'achat des charges, des matières premières.

- quatre collecteurs iront chaque semaine recueillir les aumônes qu'on donnera selon gré, le trésorier les recevra et délivrera un récépissé.

Un règlement intérieur très sévère fut approuvé à l'occasion de cette même séance du conseil d'administration." les pauvres étrangers ne seront pas admis à l'hôpital et seront dirigés sur la frontière de la Bigorre avec une aumône". "de pâques à la toussaint le lever aura lieu à quatre heures et à cinq heures en hiver"." et les malades seront transportés et soignés à l'hôpital de sainte Blaise".Les lettres patentes de Louis XIV de 1703 furent l'acte de naissance du nouvel hôpital.

En fait les travaux de construction du nouvel hôpital de la clôture ne démarrèrent qu'en 1719 pour s'achever en 1738 soit prés de 55 ans après les désirs charitables de l'abbé de Cruchette.

Les archives ne nous permettent pas de dater la disparition de l'hôpital saint Jacques. C'est probablement au cours du 17ème siècle qu'il disparut, ses ressources , ses pauvres et malades furent transférés à l'hôpital saint Blaise.

Le 29 janvier 1771 le maire de Tarbes convoquait le conseil municipal et y proposa de réunir les deux hôpitaux , c'était la suppression du vieil hopital qui était proposé du fait de son état de décrépitude avancé.Le roi Louis XV entérina la décision par les lettres patentes du 18 janvier 1772. L'hôpital de la clôture devint l'hôpital civil et militaire en 1776,il reçut les cavaliers du régiment de Conty. le concordat de1618 n'avait plus que quelques années à vivre avant le grand chambardement de 1789.

Retour Suite


©1999-2009 L'histoire des hôpitaux de Tarbes sous l'ancien régime:création Chaouky Malik