L'HISTOIRE DES HÔPITAUX DE

TARBES SOUS L'ANCIEN REGIME

Dr.Chaouky.

 

Conclusion

L'hôpital du moyen âge est chrétien: tous ses fondements sont emprunts de morale et de religion, l'église est partout.

L'hôpital de l'ancien régime est ouvert aux laïques, mais la primauté des décisions est laissée à l'église.A Tarbes, le concordat de 1618 le notifie avec un rapport de deux tiers pour l'église, un tiers pour le laïque : Evêque président, chapitre, consuls siégeant au conseil d'administration.

L'hôpital joue un rôle social , un role d'assistance,de concert avec l'église dont il est le premier partenaire,église post-tridentine controlée par des élites dévotes ,église apostolique et romaine qui encourage les congrégations(Saint Vincent de Paul ,Louise deMarillac,François de Salles…),les missions et l'éducation des chrétiens( création des collèges de Jésuites).

Le 17eme est le grand siècle du " renfermement des pauvres vagabonds ".

" L'état royal " qui se met peu à peu en place tend à encadrer la société , l'enfermement des pauvres(l'Edit royal de 1662 ordonne la création d'un hôpital général dans chaque ville ou gros bourg) fait partie de cet arsenal de mesures de la société d'Ancien Régime en réaction aux révoltes paysannesde la première moitié du XVIIeme siècle (Croquants de Guyenne en 1637 et 1638 ; Nu-Pieds de Normandie en 1639 et 1640) révoltes férocement réprimées .

Retour Suite


©1999-2009 L'histoire des hôpitaux de Tarbes sous l'ancien régime:création Chaouky Malik