L'HISTOIRE DES HÔPITAUX DE

TARBES SOUS L'ANCIEN REGIME

Dr.Chaouky.

 

Le temps des crises

Classiquement l'ancien régime affronte régulièrement trois types de crises : les crises frumentaires, les guerres, les épidémies.

1) les disettes et les famines :

Les hôpitaux de Tarbes connurent une récession sans précédent pendant la deuxième partie du 17ème siècle ; les fermiers obtinrent de larges dégrèvements de l'afferme des terres, le conseil d'administration se résolut à la vente d'une partie des terres durant les années de disettes, l'admission des pauvres malades dut être contingentée.

2) Les guerres :

" Les 27 années qui s'écoulérent de 1567 à 1594 compte parmi les plus tragiques de l'histoire de Tarbes. " Guillaume Mauran , 50 ans plus tard , a fait ressurgir les souvenirs funestes des guerres de religion. Les années de reconstruction furent et pénibles et longues. Comme les autres institutions, les hôpitaux de Tarbes, Saint Blaise et Saint Jacques, eurent probablement d'énormes difficultés de fonctionnement et l'hôpital Saint Jacques disparut à cette époque.

Le début et la fin du règne de Louis XIV furent marqués par des guerres désastreuses pour l'économie de notre région.

En 1652 des soldats espagnols sont décédés à l'hôpital Saint Blaise. Je rappellerai que la paix des Pyrénées ne fut signée qu'en 1659. Il est probable que les militaires blessés ou malades étaient hospitalisés à l'hôpital Saint Blaise.

3) Les épidémies :

L' épidémie de peste qui a frappé la Bigorre en 1654 et la mieux connue. Dès son annonce provenant de la région toulousaine, les consuls défendent aux habitants de la ville de recevoir dans leur maison toutes personnes venant de cette ville.

Des mesures prophyllactiques sont prises :

- défense aux aubergistes de loger des étrangers

- défense de faire sortir les cochons

- la ville doit nettoyer les tas de fumier

- les coordonniers, les pelletiers, les marchands de chapeaux ont ordre de cesser toute activité de tannerie. Un cordon sanitaire est dressé devant les portes de Tarbes.

- Dès les premiers cas de peste, la municipalité alloue une somme de 570 livres à maitre Loubaissin droguiste à Toulouse pour l'achat de drogue afin de désinfecter les maisons.

- L'interdiction de marché est alors décrétée.

J'ai réalisé l'étude approchée de la mortalité de l'hôpital Sainte Blaise à Tarbes à partir des registres des décés inhumés au cimetière Saint- Martin de 1650 à1670.En 1654 , cent dix malades décèdent pour une moyenne de dix à douze les années normales . J'ai pu établir la courbe des décès au cimetière de la Séde.Cent vingt six corps sont inhumés en 1654.La courbes des inhumations mois après mois dans les deux cimetières montre un pic de mortalité durant l'été1654.

Retour Suite


©1999-2009 L'histoire des hôpitaux de Tarbes sous l'ancien régime:création Chaouky Malik